Service suédois du ‘Personal Ombudsman’ (PO) pour les personnes présentant des troubles de santé mentale

Résumé

Le ‘Personal Ombudsman’ (PO – Ombudsman personnel) est un modèle créé pour l’aide à la prise de décisions, indépendant de toutes les autorités. En Suède, plusieurs ONG indépendantes proposent ce service. Un PO est une personne hautement qualifiée qui fait partie du comité de la personne qui a besoin de services. Le Personal Ombudsman assiste son client dans un grand éventail de situations, qu’il s’agisse de questions familiales ou de logement, d’accès à des services ou à l’emploi.

Question abordée

Le modèle du Personal Ombudsman s’appuie sur une relation de confiance. Il s’agit d’un engagement à long terme tant pour le PO que pour ses clients. C’est un modèle qui a essentiellement été mis au point pour des personnes difficiles à atteindre, isolées ou sans services de soutien.

Informations contextuelles

Le système du Personal Ombudsman (PO) est une innovation suédoise née de la réforme des soins psychiatrique qui est intervenue en Suède en 1995.

Description de la pratique

Le PO ne travaille pas du lundi au vendredi ou à partir d’un bureau, comme la plupart des autres services. Même s’il preste 40 heures de travail par semaine, le PO a un programme flexible, adapté aux besoins et souhaits de ses clients. Le PO ne possède pas de bureau car l’obligation de se rendre dans un bureau pourrait dissuader les bénéficiaires d’aborder le PO en leur donnant l’impression que celui-ci se trouve dans une position de pouvoir. Le PO travaille depuis son propre domicile avec l’aide du téléphone et de l’internet, et il rencontre ses clients chez eux ou dans des endroits neutres, en ville. Le PO travaille essentiellement selon un modèle relationnel.

Comme de nombreux bénéficiaires se montrent très soupçonneux, ou qu’ils peuvent être hostiles ou difficiles à atteindre, le PO doit aller vers eux et établir un dialogue en respectant plusieurs étapes distinctes :

1. Établir le contact

2. Élaborer une stratégie de communication

3. Établir une relation

4. Entamer un dialogue

5. Obtenir des missions

La réalisation de chacune de ces étapes peut prendre un long moment. Le fait de simplement établir un contact avec un client peut parfois nécessiter plusieurs mois. Cela peut se traduire par le fait de sortir et de parler dans un parc avec une personne sans abri présentant des troubles de santé mentale, ou bien de parler par le biais de la boîte aux lettres avec une personne qui vit barricadée. Ce n’est qu’une fois la relation établie et un dialogue entamé que le PO commence à obtenir des demandes de la part du client. Il ne devrait pas y avoir de procédures bureaucratiques pour obtenir un PO. S’il fallait signer un formulaire ou s’il était nécessaire de se faire délivrer une note d’admission, de nombreux patients psychiatriques se retireraient et n’obtiendraient pas un PO – et ces patients seraient probablement ceux qui en auraient le plus besoin. L’obtention d’un PO auprès du PO-Skåne ne requiert aucune procédure officielle. Une fois qu’une relation a été établie, le PO se borne à demander aux bénéficiaires s’ils aimeraient qu’il devienne leur Ombudsman personnel. Si la réponse est positive, le processus d’assistance peut se poursuivre.

Le PO devrait pouvoir soutenir le bénéficiaire dans tous les types de situations. Les priorités du client ne sont généralement pas les mêmes que les priorités des autorités ou des parents.

L’expérience apprend que les premières priorités des bénéficiaires n’ont en général pas trait au logement ou à l’emploi mais qu’elles touchent à des questions existentielles, comme par exemple pourquoi devrais-je vivre, pourquoi ma vie est-elle devenue celle d’un malade mental, y a-t-il un quelconque espoir que cela change, ainsi que des questions portant sur la sexualité et sur les problèmes rencontrés avec les parents. Par conséquent, un PO doit consacrer beaucoup de temps à discuter de ces questions. Un PO devrait également posséder les aptitudes suffisantes qui lui permettent d’argumenter efficacement en faveur des droits de son client devant les différentes autorités ou devant les tribunaux. Tous les PO du PO-Skåne sont titulaires d’un diplôme universitaire et possèdent une expérience professionnelle. La plupart d’entre eux sont des travailleurs sociaux de formation, mais certains sont des avocats ou ont reçu d’autres formations spécialisées. Le client devrait avoir le droit de rester anonyme face aux autorités. Si le client le souhaite, le PO n’informera personne dans la collectivité qu’il/elle travaille avec un bénéficiaire particulier.

Analyse

Ce modèle a été conçu pour des personnes présentant des troubles psychosociaux et n’est donc pas ‘transférable’ en tant que tel, à des personnes présentant des déficiences intellectuelles.

Toutefois, il contient plusieurs caractéristiques intéressantes que l’on devrait prendre en considération pour des personnes déficientes intellectuelles. De plus, étant donné qu’il a été conçu pour des personnes qui sont très isolées et n’ont que peu de relations ou pas du tout, il est aussi intéressant pour des personnes qui ont vécu pendant de nombreuses années dans des institutions, qui ont perdu le contact avec leurs familles ou qui ont été exclues de la communauté pendant de longues périodes de leur vie. Voici la liste des caractéristiques importantes que nous souhaiterions épingler :

  • Le PO Skane n’est pas un professionnel venu de services psychiatriques ou sociaux mais une personne qui noue une relation avec une autre personne et lui offre son aide basée sur une relation de confiance.
  • Le modèle est basé sur une relation naturelle et non sur une procédure bureaucratique et administrative – le PO procure son aide là où la personne en a besoin et la requiert.
  • Il ne fonctionne pas comme un service traditionnel ou une assistance administrative avec des heures de travail, mais tout simplement comme une aide humaine disponible.
  • Ce modèle est centré sur la personne et complètement indépendant de toute autorité ou de tout service.
  • Le PO agit également en tant que défenseur de la personne qu’il soutient. Le système présente plusieurs limites lorsque l’on se place dans la perspective de personnes présentant des déficiences intellectuelles, surtout parce qu’il ne coopère pas avec la collectivité, avec la famille ni les autres services qui aident la personne. Toutefois, nous pouvons imaginer que le rôle du PO pourrait être associé à d’autres types de services, assurant ainsi que les personnes ne soient pas isolées et qu’elles bénéficient de l’aide appropriée au sein de la communauté.

Pour en savoir davantage: http://www.personligtombud.se/

2014 Inclusion Europe. Rue d'Arlon 55, 1040 Brussels, Belgium